Trains d'Europe Allemagne Autriche Belgique Danemark Espagne France Grèce Hongrie Italie Luxembourg Norvège Pays Bas Pologne Roumanie Royaume Uni Russie Suisse

Voitures Corail Intercités SNCFFrance - Voitures

Menée à partir de 2007, cette dernière campagne de rénovation concerne le parc destiné aux relations Intercités, qui pour la plupart ont du mal à couvrir leurs coûts d'exploitation sans aide financière de la part des Régions. Normalement dernière prévue pour les voitures Corail, elle leur permet d'avoir une image et des fonctionnalités plus modernes, quasi similaires à ceux du matériel neuf, et de prolonger d'une dizaine d'années la durée de vie de ce matériel en attendant qu'un remplaçant soit conçu et financé ; en revanche, le confort n'évolue pas (les voitures Corail restent encore aujourd'hui probablement supérieures au reste du matériel français y compris certains TGV).

La livrée extérieure fait dans tous les cas appel au gris, avec des motifs mauves et verts pomme ; une nouvelle livrée à base de gris et rouge / violet (assortis au logo de la SNCF) dite "carmillon" a vu le jour pour les rénovations menées à partir de 2011.

Au total, 57 voitures B7uh sont transformées à partir de B11u VU (ce chiffre comprend-il les voitures pour les TER ?) pour pouvoir accueillir dans de moins mauvaises conditions les personnes en fauteuil roulant.

Intercités Basse Normandie (160) Galerie photos

La relation Paris - Caen - Cherbourg, un temps prévue pour être exploitée en Téoz, a été la première a bénéficier de matériel rénové Intercités, dès mi 2007. Ces voitures sont aptes à 200 km/h mais ne sont pas équipées de la réversibilité, qui avait un temps été évoquée ; la traction est généralement faite par des BB 26000, éventuellement remplacées par des BB 15000. Etant donné la faible longueur des quais de la gare de Paris St Lazare, les rames ne dépassent pas les dix ou onze voitures.

La première classe est signalée par du violet, la seconde classe par du vert clair ; les aménagements intérieurs sont assortis à ces couleurs, même si le gris est majoritaire. Les sièges d'origine et les portes bagages avec luminaires sont conservés, mais des prises électriques 220 V sont rajoutées ainsi que de nouvelles tablettes en bois, tandis que certaines voitures à compartiment ont juste des demi cloisons en verre, sans porte, entre les compartiments et le couloir.

B11u VU 80 & 83 (15 exemplaires)

Ces voitures ne subissent pas de modification, excepté la décoration intérieure et extérieure. Leur présence était initialement prévue comme temporaire : elles devaient rapidement être remplacées par les B7uh et réattribuées à d'autres relations Intercités. Néanmoins, ces voitures restent encore visibles alors que la transformation des B7uh semble achevée.

A10tuh VTU (31 exemplaires)

Sous cette désignation se retrouvent les A10tu VTU, qui disposaient dès l'origine d'un espace pour voyageur en fauteuil roulant (ce qui n'était pas indiqué dans le marquage d'origine). Il n'y a donc pas de modification excepté la décoration.

B10tu & B11tu VTU (91 exemplaires)

Ces voitures conservent leurs aménagements de seconde classe à respectivement 80 et 88 places, avec changement de la décoration.

B10½tuh VTU (15 exemplaires)

Par rapport à une B11tu "classique", les sièges sont plus espacés dans un quart de la voiture destiné en priorité aux personnes à mobilité réduite (la capacité passe donc à 84 places) et il y a un emplacement pour chariot de vente ambulante.

B7uh VU (16 exemplaires)

Ces voitures proviennent de la transformation de voitures B11u : quatre compartiments sont supprimés, à leur place se trouvent une plateforme d'accès pour fauteuil avec de larges portes coulissantes, des toilettes adaptées et un espace avec quelques places assises.

A9u VU (aucun exemplaire transformé)

La modernisation de voitures de première classe à compartiments a d'abord été prévue mais n'a finalement pas été concrétisée, et ces voitures ont été radiées.

Dans le cadre du transfert à la région Normandie de cette relation, ce matériel sera remplacé par des automotrices Regio 2N vers 2020.

Intercités Bourgogne (45) Galerie photos

Ces 40 voitures sont destinées à assurer la relation Paris - Nevers. Types et décoration à priori identiques à ceux de la région Basse Normandie ; la traction de ces rames est assurée par des BB 22200 et 26000, voire 67400. Les VTU reçoivent toutes un espace vélos à une extrémité (celle dépourvue de WC, face à l'armoire électrique, là où se trouvaient les équipements de restauration sur les A10rtu, B10rtu et B11rtu).

A10tuh VTU

La capacité reste de 58 places, mais davantage de sièges sont en vis à vis, ces groupes de deux ou quatre places étant séparés des autres par de petites cloisons arrondies de demi hauteur.

B10tu VTU

Au moins une partie de ces voitures ont vu leur capacité tomber à 78 places : au centre de la voiture, une des demi cloisons en verre est supprimée ainsi que deux des sièges adjacents afin de laisser place à un casier à bagages supplémentaires.

B10½tuh VTU

B7uh VU (7 exemplaires)

Intercités Bordeaux - Nantes (environ 70 voitures)

Cette rénovation identique à celle "Bourgogne" concernerait environ 70 voitures.

A10tuh VTU 75 à 82

B11tu, VTU 75 à 82

B10½tuh VTU 75 à 82

A noter qu'une des voitures de seconde classe a reçu une décoration spécifique pour promouvoir la ville de La Rochelle.

B7uh VU (9 ?)

Les compositions de base sont du type : A10tuh VTU + B7uh VU + B VTU + B VTU + B VTU avec renforcement par d'autres voitures y compris "Nouvelle Déco" lors des périodes de pointe, des compositions de douze voitures ayant été vues en été.

La traction de ces rames est effectuée par des BB 67400 seules ou en UM (et par des BB 7200 ou 9300 pour les relations prolongées vers Toulouse, et par des BB 25500 ou 22200 pour celles se prolongeant en Bretagne).  Les BB 67400 étant à bout de souffle mais ce parc étant en bon état, l'hypothèse de la traction par des BB 75000 adaptées a été envisagée, puis déboucha finalement sur l'achat de rames Régiolis bimodes tandis que la desserte a été réduite. Certaines voitures ont été réutilisées sur la relation Intercités Hendaye - Toulouse.

Intercités Haute Normandie (89) Galerie photos

Effectuée entre fin 2009 et mi 2011 sur 89 voitures équipées de la réversibilité par câblots, cette rénovation est financée à part égale par la SNCF et la région Haute Normandie pour utilisation sur Paris - Rouen - Le Havre et Paris - Lisieux - Deauville. Cette fois ci, les couleurs sont inversées : violacé en seconde classe, vert en première, le tout encore sur fond gris... Les sièges sont tous remplacés par un nouveau modèle similaire à celui utilisé dans les automotrices à deux niveaux Z 26500 achetées par la Région Haute Normandie pour assurer une partie de ces dessertes (la décoration est d'ailleurs proche). Cette rénovation a servi de modèle pour les voitures Languedoc Roussillon rénovées à partir de 2011.

A la même époque, le système de réversibilité fut modifié (avant ou au cours de la rénovation), les BB 16000 à bout de souffle étant remplacées par des BB 15000. Sur les quatre câblots utilisés jusqu'alors, un seul est maintenu et ce uniquement entre les voitures, la liaison locomotive - rame se faisant par le câble de sonorisation UIC comme pour tous les autres systèmes de réversibilité par multiplexage.

De ce fait, le parc remorqué de cette relation reste spécifique et ne peut être renforcé par des voitures "ordinaires" : il est vrai que ce cas est de plus en plus rare du fait de l'exploitation en "rames bloc" et de la faible longueur des quais de Rouen et de St Lazare, déjà utilisés au maximum de leur longueur (c'est pour ces raisons que la relation Paris - Le Havre fut une des premières à être exploitée sous la forme de rames bloc dès la fin des années 90).

A10tuh VTU (24 exemplaires)

Ces voitures à couloir central conservent leurs 58 places de première classe même si les sièges sont neufs. Deux salles sont formées : une de 41 places et une de 17 places, cette dernière ayant un pas entre les sièges plus important et destinées en priorité aux personnes à mobilité réduite.

B11tu VTU (47 exemplaires)

De même, ces voitures de seconde classe conservent leurs 88 places même si les sièges aussi sont nouveaux. A une extrémité se trouvent quelques emplacements pour vélos.

B7uh VU (9 exemplaires)

Quasi identiques aux B7uh de Basse Normandie et des autres régions ; les compartiments perdent leurs portes mais gardent leurs sièges d'origine, simplement redécorés (tissu gris).

B6t2uxh ex B6Dux VU 75 (9 exemplaires)

Pour ces voitures, outre la modification du pupitre de conduite adapté à la réversibilité MUX 2, le fourgon est remplacé par une petite salle de 12 places (le rideau métallique est donc remplacé par une baie). Les six compartiments et leurs sièges sont maintenus mais perdent leurs cloisons côté couloir, remplacées par des demi cloisons arrondies sans portes.

Ces voitures forment des rames réversibles, qui sont dans la foulée adaptées afin de pouvoir être remorquées par des BB 15000 (réversibilité par multiplexage) à la place des BB 16000 (réversibilité par câblots, qui sont partiellement conservés). Les compositions sont de la forme :

A noter qu'initialement le parc Corail dédié à la réversibilité par câblots comportait 16 A10tu & 14 A10rtu VTU 75, 52 B11tu et 8 B11rtu VTU 78 (soit un total de 90 VTU), 11 A9u et 6 B6Du VU. On a donc 19 VTU et les 17 VU de non concernées par la rénovation, ce parc étant soit réaffecté à d'autres régions sans utiliser sa spécificité soit radié (cas d'au moins une partie des A9u) ; à contrario, il a fallu adapter neuf B7uh ex B11u VU.

Dans le cadre du transfert à la région Normandie de cette relation, ce matériel sera remplacé par des automotrices Regio 2N vers 2020.

Intercités "Sud parisien" (159) Galerie photos

Cette rénovation, concernant 159 voitures des relations Paris - Orléans - Tours / Bourges - Montluçon, inclut une partie du parc "Aqualys" (qui incluait 55 voitures, mais dont certaines sont radiées) complété par des voitures ex "Nouvelle décoration". La livrée de ces voitures, très sobre, reprend les nouvelles couleurs de la SNCF, déjà appliquées sur des rames TGV Sud Est rénovation 3, faisant appel au gris foncé, gris métallisé et à une teinte rouge-rosé en dégradé (le fameux "carmillon" du logo de 2005). La découpe reprend celle des voitures Corail d'origine, le châssis, le toit et la zone des baies étant gris foncé, les portes et le bandeau au dessus des baies "carmillon" et le reste gris métallisé, ce qui rappelle aussi les voitures "Nouvelle Première".

Du côté des aménagements, les sièges d'origine seraient conservés mais recevraient des couleurs identiques à celles utilisées sur les voitures Basse Normandie : gris et vert pomme en seconde classe, gris et mauve / violet en première. Des prises de courant 220 V semblent avoir été rajoutées à certaines places.

On observe également une grande simplicité des types, avec la disparition des diagrammes spécifiques des anciennes Aqualys et le cas échéant suppression des équipements de restauration à la place ou par distributeur automatique :

A10tu VTU

Voitures de première classe, dont d'anciennes A5B4tux VTU 84 Aqualys.

B11tu VTU

B10tu VTU

B10½tu VTU

Anciennes B10tu et B10½tu Aqualys, avec semi rotondes à une extrémité de la voiture ; 84 places de seconde classe.

B10ux VU

Anciennes B11u VU (dont les anciennes Aqualys), ayant perdu leurs portes de compartiments en partie supprimées et un des compartiments d'extrémité transformé en local pour les contrôleurs.

Concernant les B7rtux Aqualys, aucune information n'a filtré sur leur devenir (une partie d'entre elles semble radiée, tout comme des voitures d'autres types). Etant donné que le local contrôleur est reporté dans la B10ux et que la fonction "bar" semble abandonnée depuis plusieurs années (distributeurs automatiques supprimés), il est probable que ce type disparaisse sans réel remplaçant.

A noter que toutes les voitures deviennent aptes à 200 km/h (c'était déjà le cas pour les Aqualys) et reçoivent des prises électriques (mais pas à toutes les places). Apparemment, il n'y aurait pas de voiture "services" de prévues, ce qui est étonnant pour un matériel devant circuler après 2015, date à laquelle tous les trains devront être facilement accessibles aux personnes à mobilité réduite (d'où l'apparition des B7uh sur d'autres relations).

Les compositions seront du type : A10tu VTU + 4x B10tu (ou B11tu VTU) + B10ux VU, les locomotives étant des BB 7200, 26000 et 67400 (ces dernières étant utilisées sur Bourges - Montluçon). En pratique, des compositions bigarrées circulaient toujours fin 2012, mêlant Corail Nouvelle déco (dont des B9u ex A9u), Aqualys et Intercités.

Dans le cadre du transfert à la région Centre de cette relation, ce matériel sera remplacé par des automotrices Regio 2N vers 2020.

Intercités "Nord parisien" Galerie photos

Les relations Paris - Amiens - Boulogne et Paris - St Quentin - Maubeuge / Cambrai, toujours assurées en matériel Corail dépendant de l'activité Intercités, voient leurs voitures passer en révision depuis 2012, avec là encore une livrée très sobre type "carmillon", identique à celle appliquée sur d'autres voitures (dont les Intercités Sud parisien). Les premières voitures traitées ont, elles, une livrée "hybride" proche de la  "Nouvelle décoration", mais sans bandeaux blancs et avec un bandeau central différent (plusieurs variantes existent).

Il ne semblerait pas qu'il y ait de modification des diagrammes, les aménagements intérieurs semblent rester du type "Corail plus / nouvelle déco". Il s'agit donc d'un simple passage en révision générale, une partie de ce parc devant être remplacé dans quelques années par des rames Régiolis bimodes.

Les voitures utilisées sur les trains Paris -Troyes - Chalindrey - Mulhouse (traction par CC 72100) bénéficient également d'une telle rénovation avec nouvelle livrée "carmillon" et intérieur traditionnel "nouvelle décoration" ; là encore, il s'agit d'une situation transitoire, une décision devant être prise à moyen terme concernant le renouvellement du matériel employé sur cette ligne non électrifiée (là encore l'arrivée de Régiolis est probable). Quelques autres voitures de la gérance de Bordeaux, utilisées sur feu le Clermont - Bordeaux, puis dans la rame de réserve Téoz, arborent également cette livrée.